"La Vita è Bella" with Beatrice Lessi

"La Vita è Bella" avec Beatrice Lessi

Aug 08, 2023The Goddess Collective

Beatrice Lessi, coureuse de fond et blogueuse, parle à The Goddess Collective d'expériences extrêmes, de la façon de trouver le bonheur dans les petites choses et de conseils pour faire taire votre critique intérieur.

En parlant avec Beatrice Lessi, 57 ans, on se sent presque plongé dans un roman d'aventure féministe. Car avant que cette Italienne de naissance et de choix, originaire de Zurich, ne décide d'entamer une carrière d'ultramarathonienne et de blogueuse, elle était ce qu'on appelle une louve de Canary Wharf. Plus précisément : Beatrice Lessi était une courtière prospère à Londres et a connu et vécu la ruée vers l'or du monde de la finance dans les années 90, mais en même temps, elle a été confrontée à la face d'ombre de cette apparence et de cet être, raison pour laquelle, au tournant du millénaire, elle a décidé de tout abandonner et de commencer une nouvelle vie avec son nouvel amour Marcel à New York. Entre-temps, cette mère de trois enfants vit avec sa famille à Zurich et écrit sur son blog, www.askthemonsters.com, non seulement sur sa passion pour le sport, la mode, la beauté et les voyages, mais aussi sur des sujets tabous tels que la ménopause et le fait que les femmes de plus de 50 ans sont encore visibles ! La Wonderwoman inspirante nous parle des défis psychologiques et physiques, de ses rêves et de qui est Beatrice Lessi.

Béatrice, le secteur financier est encore un domaine dominé par les hommes. Peux-tu nous parler de tes expériences ?
C'est un problème en soi lorsque les femmes qui exercent ces professions ont une belle apparence, aiment s'habiller joliment, et puis - comme moi - ont un accent (bien que je parle parfaitement anglais, on peut entendre mon origine italienne). Car même si ce sont des facteurs qui ont été institués par le patriarcat, ils rendent difficile l'exercice de leur profession par les femmes. Que ce soit dans le secteur financier, les sciences, le journalisme ou l'informatique, tu peux le nommer. Malheureusement, il arrive souvent que tu ne sois pas prise au sérieux, que tu sois ridiculisée et/ou rabaissée.

Comment as-tu réussi à t'affirmer quand même ?
J'ai une volonté très forte et je suis une personne têtue. Cela me stimule encore plus lorsque quelqu'un me dit que tu ne peux pas le faire ou se moque de moi. Dans le sens de : "Je vais leur montrer !" Bien que cette attitude m'ait mené très loin sur le plan professionnel et que j'aie eu beaucoup de succès en tant que courtier, j'en ai payé le prix fort, physiquement et mentalement.

Qu'est-ce qui s'est passé ?
J'avais déjà lutté contre l'anorexie pendant mes études à Pise, mais j'avais réussi à la surmonter. La situation que j'ai décrite à Londres m'a fait déchanter : Moins je mangeais, plus mes performances s'amélioraient, aka je gagnais plus, et je me sentais (superficiellement) bien. Et j'ai reçu beaucoup plus de reconnaissance et de compliments de la part de la société en conséquence - un cercle vicieux.

Nous pouvons très bien nous identifier à cela.Comment as-tu réussi à sortir de cette spirale négative ?
Grâce à l'amour que je porte à mon mari, Marcel. De plus, lors de ma première grossesse à 34 ans, j'ai redécouvert le plaisir de manger. J'ai compris qu'il ne fallait pas changer, mais se comprendre et s'accepter tel que l'on est.

As-tu déjà commencé à faire des marathons à l'époque ?
Honnêtement ? En fait, je n'ai jamais été une personne sportive. Adolescente, je faisais même en sorte d'être dispensée de cours de gym pour pouvoir dormir deux heures de plus le matin ! Ma passion pour la course de fond et les ultramarathons, je la dois plutôt à mon entêtement. L'histoire est la suivante : À 40 ans, j'ai accompagné Marcel à un dîner avec ses collègues, qui discutaient de leur participation au marathon de Londres. Ce qui m'a amené à dire : "Moi aussi, je serai là l'année prochaine". Bien sûr, ces gens ne prenaient pas la chose au sérieux, comme le faisaient les courtiers dans mon travail. D'une part, cela m'a fait réagir ; d'autre part, cette réaction m'a stimulé et j'ai commencé à m'entraîner immédiatement après.

Aujourd'hui, tu es un coureur de fond à succès et tu participes à des ultra-trails comme le tristement célèbre Marathon des Sables. Comment as-tu géré ce changement ?
Mon mari Marcel est triathlète. Il a mis au point un programme de course et d'entraînement pour moi et m'a beaucoup soutenue dans mes efforts. En fin de compte, j'ai obtenu des résultats surprenants lors de mon premier marathon de Londres, il y a plus de 15 ans. Depuis, j'ai couru plusieurs distances de 100 kilomètres dans le monde entier et même des ultramarathons. Ce que je veux dire, c'est qu'il n'est jamais trop tard pour commencer à faire de l'exercice ou à réaliser ses rêves, quel que soit son âge.

Tu parles de vivre tes rêves : Tu as terminé le Marathon des Sables et couru environ 250 kilomètres à travers le Sahara marocain. Y a-t-il eu un moment où tu as voulu tout abandonner ?
Bien sûr, il y en a eu. Le Marathon des Sables vous fait passer par des éboulis, des dunes, des lits de rivière et même des Bédouins. En une semaine, vous parcourez six étapes et portez toute votre nourriture - environ 10 à 12 kilogrammes - dans votre sac à dos. En outre, les écarts de température sont extrêmes : pendant la journée, il peut faire jusqu'à 50 degrés sous un soleil de plomb, et la nuit, vous dormez sous des tentes en toile ou à l'air libre, à une température de 3 à 5 degrés. En outre, il faut s'attendre à être mordu par des serpents venimeux ou autres. Toutes ces circonstances ont un effet sur vous, tant physiquement que psychologiquement. Des questions telles que "Pourquoi t'infliges-tu cela ?" t'accompagnent constamment.

Qu'est-ce qui t'a aidé à supporter cette tournée extrême ?
Je suis fascinée par les expériences limites. Je veux faire ce que les autres ne font pas, surtout dans un monde dominé par les hommes. Il était donc hors de question pour moi de renoncer. Ce qui conduit à la reconnaissance. Et j'aime cela. J'ai donc utilisé le Marathon des Sables comme un booster d'ego. Si c'est le cas, pourquoi pas ? Néanmoins, ce tour extrême m'a aussi permis de vivre des expériences difficilement exprimables. Et il m'a permis de réaliser que ce sont les petites choses qui font que nos vies valent la peine d'être vécues.

Peux-tu nous donner quelques exemples ?
Pendant le Marathon des Sables, vous êtes confronté à vous-même et à vos peurs : Vous avez constamment faim, vous ne pouvez pas vous doucher, il fait trop chaud, il fait trop froid, etc. Et c'est là que la spiritualité entre en jeu : Lorsque vous n'avez rien, vous commencez à regarder la vie avec d'autres yeux et vous vous rendez compte que la vie quotidienne en Europe est loin d'être évidente. C'est pourquoi le Marathon des Sables a également été une expérience spirituelle : la joie des activités quotidiennes, comme la joie de s'asseoir. Ou d'enlever ses chaussures. Et la joie de s'entraider ou d'être enfin capable d'accepter de l'aide.

Voilà pour la vie quotidienne ; quels rituels utilises-tu pour commencer la journée ?
Pour moi, c'est : Mais d'abord, le café (rires) ! Ensuite, je vais me promener avec notre chien. Avant, cela m'ennuyait parce que le temps est très instable ici en Suisse. Entre-temps, j'ai appris à apprécier la nature et à me connecter à la Terre Mère, ce qui est aussi une forme de spiritualité pour moi, car ces moments m'aident à faire le vide dans ma tête.

Quelle est ton retraite ?
La salle de bain, j'y suis toujours en paix.

Comment te décrirais-tu en trois adjectifs ?
Énergique, curieuse et sexy ! (rires).

Tu nous as parlé au début de ton anorexie. Quelle est aujourd'hui ta relation avec ton propre reflet ?
Bien sûr, il y a toujours des hauts et des bas, malheureusement. Mais j'ai appris à y faire face et à m'accepter. Aujourd'hui, j'en suis à un point où je peux honnêtement dire : "Je m'aime comme je suis ! Même mes rides auraient été inimaginables pour moi dans le passé.

Quel est le meilleur conseil que tu aies jamais reçu ?
La veille de mon premier ultra marathon en Islande, j'ai rencontré un coureur très expérimenté et je lui ai demandé des conseils sur le plan mental. Il m'a alors dit : "Demain, lorsque tu courras, ne t'autorise pas une seule pensée négative. Si tu ressens une douleur, ne te dis pas : 'Aïe. J'ai mal, j'ai mal", mais essaie de transformer ce cadre de pensée en un cadre constructif. Par exemple, "Mon corps essaie de me signaler qu'il a besoin d'un changement pour que mes pieds ne me fassent plus mal." Pour faire court : si tu t'autorises une seule pensée négative, tu es foutu. C'est pourquoi il faut faire un pas à la fois."

Comment appliquer ce conseil dans la vie de tous les jours ?
Chaque émotion est excellente et importante pour la suite de notre développement. Mais pas si elle nous bloque. C'est pourquoi j'essaie de me piéger moi-même dès que mon critique intérieur réapparaît : en prenant des poses de force avant une conversation importante ou en mordant un crayon.

Tu mords un crayon ?!
Oui, littéralement. Il est scientifiquement prouvé que lorsque tu mets un crayon entre tes dents, les coins de ta bouche sont tirés vers le haut et tu dois automatiquement sourire. Cela libère des hormones du bonheur et tu es de meilleure humeur.

Quelle est ta devise dans la vie ?
Carpe Diem, Bellissime !

 



Plus d'articles